L’ADO jette dans l’eau plus de 13 millions de dirhams

Nous avons appris de sources dignes de foi que l’agence de développement de l’oriental a consacré plus de 1 milliard 300 millions de centimes pour l’organisation de la 3é édition du salon maghrébin du livre.

Nous admettons que la contribution à l’amélioration de l’écriture et de la lecture ainsi que le renforcement des échanges culturelles entre pays est une bonne action qu’il faut saluer et soutenir. Mais quelle fut grand notre étonnement  d’apprendre qu’un tel budget a été dédié à cette manifestation culturelle qui, parait-il n’a pas de valeur ajoutée consistante. On aimerait bien savoir qu’elles sont les incidences des deux premières éditions.

Nous croyons que l’agence, outil d’accompagnement du développement de la région de l’oriental qui est un mécanisme d’appui à double apport financier et stratégique, ne fait que dilapider les deniers publics sans qu’il y ait retour d’investissement.

De fait, le directeur général de l’ADO devrait inscrire les actions menées par cet outil dans le cadre des hautes orientations royales. Il devrait prendre en exemple la décision de Sa Majesté le roi Mohammed VI  qui a décidé d’annuler la cérémonie officielle de la célébration de son anniversaire du 21 aout. Le but que vise le souverain est d’éviter la dilapidation des deniers publics pour les investir dans des projets et des services qui servent l’intérêt général des citoyens et de la nation. Donc il est question de gouvernance efficiente à forte valeur ajoutée socio-économique.

C’est pourquoi nous conseillons le DG de l’ADO d’emboîter  le pas à Sa Majesté le roi et  d’appuyer financièrement et surtout stratégiquement les projets et les manifestations qui contribuent à la région de résorber son déficit socio-économique qui ne fait que s’alourdir.

تعليقات الفيسبوك

التعليقات مغلقة