Sid Ahmed Ghozali fustige Bouteflika et l’Armée

acaid1L’ancien Premier ministre, Sid Ahmed Ghozali, a estimé, dans un entretien accordé à El Khabar, que les réformes annoncées par le pouvoir ne sont que des paroles, sans existence dans la réalité. L’ancien Premier ministre estime que les gouvernants n’ont aucun projet. Il dresse un portrait inquiétant de la situation avec l’accumulation de problèmes et l’absence de volonté de les résoudre immédiatement.

Selon Sid Ahmed Ghozali, la chute des prix du pétrole ne permettra plus au pouvoir de continuer à acheter la paix sociale. Cette situation finirait par mener à terme à un nouveau 5 octobre à la puissance et aux violences décuplées par rapport aux événements d’origine, selon lui. Considérant que le Président, malade, ne faisait que cacher une vérité plus importante, l’ancien Premier ministre a déclaré que c’est le pouvoir dans son ensemble qui était malade.

Ghozali s’est, en outre, étonné de ceux qui disent que l’Armée n’aurait aucun rapport avec la politique. « Le pouvoir est entre les mains d’un groupe au sein de l’Armée » et le président Bouteflika « n’est qu’une marionnette », selon lui. L’ancien Premier ministre refuse de plus tout discours arguant que l’Armée et le DRS ont vu leurs prérogatives réduites par les réformes du Président l’an passé.

Sid Ahmed Ghozali estime qu’un changement de régime de manière pacifique était possible, évoquant les deux exemples de Mahtma Ghandhi en Inde et Nelson Mandela en Afrique du Sud. L’ancien Premier ministre considère que le changement pourrait même venir du sein de l’Armée où un individu issu de l’institution militaire s’élèverait au-dessus des masses et déclarerait que la situation ne peut plus durer.

tsa-algerie

تعليقات الفيسبوك

التعليقات مغلقة